Biarritz, la ville aux deux rochers

Chère Biarritz, ma douce,
L’océan vient mouiller tes terres entre deux rochers. Il est bon de parcourir tes plages quand le soleil se couche à l’horizon en déchirant le ciel de couleurs vives. La vierge sur son rocher veille sur toi. Le vent s’engouffre dans mes cheveux en les faisant volés. Ils vibrent indisciplinés, insoumis. Des mots que l’on pourrait utiliser pour décrire l’océan qui se fracassent par vagues contre tes falaises. L’océan est indomptable, instable. Il ne faut pas lutter contre lui mais le comprendre. Le rendez-vous est pris.
Mais la nuit tombe sur toi ma douce. Pendant que la faim monte en moi. Elle me conduit chez Coco, un restaurant atypique décoré par des vieilles publicités sans doute chinées avec soins. Les meubles sont épurés, une mezzanine tout en bois donne vue sur le reste de la salle, pendant que des poutres apparentes s’entrelacent sous les toits. Il se fait tard, temps d’une dernière promenade sous la lumière lunaire. L’oreille attentive au rythme de ta vaste étendue bleue et froide.

Photo

Photo : ©Rémy Gillioz
Il est à peine 8h, la plage du Miramar donnant sur la Roche Percée est déserte. Il est temps de mieux connaitre cet élément, ton élément. Jeff Bernard est un coach de surf de qualité, ne s’arrêtant pas à une banale explication en deux trois mots. Il prend le temps, un échauffement pour éveiller le corps face à l’océan qui s’agite doucement. Il nous explique la géologie des lieux, la formation des vagues, sa lutte pour la protection de l’océan. Cet élément est instable, il ne faut pas lutter contre ce dernier. Il faut du temps pour cela, Jeff par son calme et sa passion fait flotter loin de nous les quelques frustrations qui accompagne l’apprentissage de ce sport. Il est bon de gouter l’eau salé du coin des lèvres, de sentir le soleil taper sur nos corps. Il nous faut quitter ton eau, la remercier son don. Biarritz, je me retrouve sur ta plage à contempler ton large. La leçon prend fin en laissant l’envie de cohabiter à nouveau avec la grande bleue. Merci Jeff. Je me défais de la combinaison de surf…

Photo

Photo : ©Rémy Gillioz
La balade au bord sur ta côte reprend. L’Hôtel du Palais construit pour Eugénie de Montijo par Napoléon se tient face l’océan. Les vagues viennent mourir à ses pieds pendant qu’il reste stoïque, droit, fort. Cet illustre bâtiment est sans doute l’un de tes joyaux Biarritz. Plus loin, je m’installe au Bar de la Plage. J’ouvre le dernier Wajdi Mouawad, tous des oiseaux. Le bruit des mouettes se fait entendre pendant que la plage se remplit d’être vivants de plus en plus nombreux.

Photo

Photo : ©Rémy Gillioz
Après quelques pages, je me remets en route passant d’une rue à l’autre, se perdant dans quelques ruelles. Le vent venant de ton large te rafraichit. Il sonne l’heure de l’apéro. Une vitrine remplie de tapas fraiches attire mon attention. Je franchis la porte de Puig et Daro. Le vin est omniprésent. Mes lèvres savourent un doux blanc « Demoiselles moelleux » se mariant à merveille avec les tapas de saumon et de crevettes. Le temps est doux. La vie est belle à cet instant.
Ma chère Biarritz, tu es une douce compagne de promenade. Te parcourir nous offre de vue imprenable sur le grand bleu. Il faut pour cela gravir le dédale d’escalier pour arriver au sommet de ton phare, lui qui garde tes côtes. La vue y est vertigineuse. Le regard fixé au loin imaginant les soirs de tempête, l’océan se déchaînant. On me sort de mon songe. Il est venu l’heure de reprendre le chemin. On redescend sur terre. Le soleil descend dans le ciel quand nous touchons au Rocher de la Vierge. La nuit va percer au milieu d’une étendue orange se reflétant dans les eaux.
À la terrasse du TANDEM, les traditionnelles moules frites s’accompagnent d’une bière régionale. On prend le temps, espérant que ce dernier s’allonge pour profiter de l’escapade.
Il est l’heure d’une dernière douceur avant de quitter tes bras Biarritz. Un cheesecake et son caramel beurre salé m’attendant, au dire du serveur c’est un délice.
Alors sur cette note sucrée je prends congé de toi,
À bientôt chère rocheuse.

Auteur : Megane Massy

Les Bonnes Adresses


• À DÉCOUVRIR •


BON PLAN

Mondiale 2018


Quelques exemples de choses à voir absolument en Russie

MODE

Coup du monde 2018 : le match des équipementiers


Découvrez les architectes derrière les tenus du mondiale 2018

INTERVIEW

Ultra


Supporteur jusqu’au bout et contre tous

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *