Espace muraille – Objets définis par l’activité

Objets définis par l’activité


Photo

Photo : Laure Federiconi
Ci-dessus : The we mirror, 2017 et Solar replacement (white dwarf), 2017

Il serait facile de passer devant sans la voir, et pourtant, une fois à l’intérieur elle paraît évidente : la galerie Espace Muraille se niche dans un grand mur de pierre, place des Casemates à Genève. L’écrin précieux couve des expositions d’artistes contemporains de renommée internationale.

Depuis fin janvier et jusqu’au 28 avril, elle accueille l’artiste danois Olafur Eliasson pour 16 œuvres représentatives de ses thématiques de prédilection : la perception du temps, du mouvement et de l’espace autour des phénomènes naturels sensibles.
La première salle donne doucement le vertige. Si l’agencement est chaleureux (le blanc des murs ne tente pas de nous avaler, les œuvres semblent s’activer en jeux techniques une fois le seuil franchi) c’est aussi car l’artiste semble nous prendre par la main. Le but de ce dernier est de nous intégrer dans son processus créatif, de nous immerger dans ses installations.

Photo

Photo : Laure Federiconi
Ci-dessus : The we mirror, 2017 

Photo

Photo : Laure Federiconi
Ci-dessus : Day and night lava, 2017 (avec le reflet de The meeting of times, 201)
Force est de constater que cela fonctionne. Nous voilà en train de nous contorsionner, tenter de découvrir chaque rouage. Un rien nous donne envie de toucher, démonter, comprendre. Ses installations dites expérimentales troublent nos perceptions. Il nous faut envisager chaque nouvel angle d’observation. Ici, la réflexion et la réfraction créent la contorsion, les froncements de sourcils et les allers-retours entre chaque structure, histoire de renouveler les angles de vue. La balade est donc méditative et active.
Les matières et les médias se multiplient. Le verre, l’aluminium, l’inox, les miroirs grossissants, le bois, les LED, et la peinture à l’huile se côtoient et interagissent sans s’éclipser. Le jeu des superpositions, le contraste rythmique entre l’expérimentation et le calme de l’aquarelle dans la continuité de la pièce ne cessent de nous saisir.
L’étage inférieur nous réserve une surprise : Object defined by activity  est une salle obscure où s’animent, par la force des strobocopes, des fontaines par saccades. Les lumières semblent suspendre l’eau, alors que le bruit de l’écoulement nous ramène, encore une fois, au mouvement volontairement imperceptible.

Photo

Photo : Laure Federiconi
Ci-dessus : The we mirror, 2017 
En sortant de la galerie, un seul doute nous assaille…  Le temps ce serait-il donc arrêté ?


Photo

Photo : espacemuraille.com
Où ?
Espace Muraille
5 Place des Casemates
CP 3166 / 1211 Genève
Suisse

Quand ?
Du 24 janvier au 28 avril
​Ouvert du mardi au vendredi de 10:00 à 12:00 et de 13:30 à 18:00
le samedi de 13:00 à 18:00


Contact

022 310 42 92
info@espacemuraille.com

Plus d’info ici


Auteur : Laure Federiconi

• À DÉCOUVRIR •


MODE

Pascale Cornu


Une créatrice ayant l’œil pour les détails

INTERVIEW

Julie Kueng


Quand le rêve se mélange à la réalité

BON PLAN

Design industriel


Des meubles puristes et innovants

Comments are closed.