Jean Paul Gauthier et La Culture Ballroom

Photo

purepeople.com
Ci-dessus : Jean Paul Gauthier
​Surnommé l’enfant terrible de la mode française, Jean Paul Gaultier a révolutionné la mode à bien des égards. La jupe pour les hommes, c’est lui. Le bustier conique, c’est aussi lui. Et la démocratisation de la marinière, c’est encore lui. Mais ce trublion de la mode est surtout une personnalité qui n’hésite pas à briser les frontières de genres mais aussi de races ainsi qu’à puiser son inspiration dans des références urbaines et morales. Nous avons naturellement voulu en savoir un peu plus sur ce créateur de génie et son lien avec la Ball Culture.

La mise en scène de votre défilé du Printemps/Été 2014 était inspirée des Ballrooms. Pourquoi s’être inspiré de cet univers ?

​« Je me suis souvent inspiré de la danse dans toutes ses formes, j’ai travaillé avec Regine Chopinot pendent plus de dix ans. En 2014 j’ai présenté un défilé inspiré de « Danse avec des Stars ». J’ai imaginé le défilé comme un casting pour cette émission avec un jury présidé par Rossy de Palma. »

L’histoire des ballrooms est celle de personnes trans et racisées marginalisées et en manquent de reconnaissance face à une société bien trop fermée. On imagine alors qu’elles veulent clamer haut et fort leur différence. Pourtant, l’un des objectifs des ballrooms est d’endosser les codes de la bourgeoisie blanche américaine via différents thèmes précédemment déterminés. Contradiction ou parodie des concours de beauté de l’élite blanche ?

​« C’est une culture marginale, certes, mais extrêmement riche qui a fait une influence sur la mode en général. Il y avait même une House of Jean Paul Gaultier mais malheureusement avec les ravages de Sida dans les années 80 elle a fermée. »

C’est dans les Ballroom que le voguing est né. Comment décririez-vous cette danse-performance (notamment popularisée par Madonna dans son clip « Vogue » et également dansée dans votre spectacle « Fashion Freak Show » aux Folies Bergère) ?

​« Voguing est une partie importante de ma jeunesse. Je l’ai découvert à New York et c’est Madonna qui la fait connaitre à tous avec sa chanson Vogue. »

Est-ce que vous-même, vous vous êtes inspiré ou vous vous inspirez de la ballroom culture ?

​« Je me suis souvent inspiré de Voguing et dans mon spectacle le « Fashion Freak Show » il y a une scène d’une battle entre les Voguers et les Sapeurs. Une des danseuses du spectacle est même membre de la House of Ninja et faisait régulièrement des soirées Voguing. En 2017 j’ai eu un immense honneur de présider le jury de la soirée « Loud and Proud » à la Gaité Lyrique. »
Auteur : Jennifer Delattre

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *