La mode du métissage, le nouveau credo de la fashion sphère

[et_pb_section][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text]
Photo
 
Africains, sud-américains, asiatiques… la mode s’ouvre, doucement mais surement, au métissage en faisant défiler des mannequins d’origines très variées et mettant ainsi fin à des podiums exclusivement « blancs ». Car, si les créateurs souhaitent faire rêver les consommateurs avec leurs créations, cela commence dès le podium avec un catwalk représentatif du monde actuel : métissé.
​Rappelons par la même que le conseil des créateurs de mode américaine (le CFDA), avec l’aide de la Coalition pour la Diversité américaine, a élaboré une charte pour inciter les créateurs à incorporer davantage de diversité, que ce soit dans leurs défilés ou dans leurs campagnes publicitaires.
​Mais, au-delà des origines des tops ou des créateurs, le métissage s’invite également dans nos dressings. Et quel tissu plus représentatif pour parler de métissage que le wax ? Depuis quelques années, celui-ci n’a jamais été aussi « tendance ». Cet imprimé traditionnel africain (qui est pourtant fabriqué aux Pays-Bas) a été vu sur de nombreux podiums, comme par exemple sur celui de Burberry. Jupes, tops, robes, vestes… pour son printemps-été 2012, la célèbre marque britannique avait fait du wax le fil rouge de sa collection. Sans oublier Stella Jean, cette créatrice italo-haïtienne, qui mixe habillement des éléments de la culture haïtienne avec des coupes italiennes. Le mélange génialissime entre le wax et les autres imprimés fonctionne à la perfection. Le wax, la marque Maison Château Rouge en a fait son crédo. L’enseigne parisienne, qui doit notamment son nom au quartier métissé nord parisien, présente de saisons en saison des dressing complets en wax, revisitant ainsi cet habit traditionnel.
Photo
Photo : Maison Château Rouge
La mode sud-américaine a aussi la cote. Il n’y a qu’à surfer sur les sites de tendance ou passer les portes de grands magasins branchés pour s’en rendre compte : les pompons ornent aussi bien les sandales que les chemises ou sacs à main, les imprimés et broderies colorés aux influences péruviennes fleurissent sur les robes, pantalons ou chemises… Le créateur chilien Octavio Pizarro, résidant aujourd’hui à Paris, offre une vision bien plus contemporaine et épurée du style d’Amérique du Sud avec des matières très fluides et des imprimés graphiques. Attaché à ses origines mais aussi à son pays de résidence, le créateur mélange les genres avec notamment des matières d’Amérique du Sud comme l’alpaga ou le coton et le style plus classique chic de l’Europe. La maison de luxe italienne Dolce & Gabbana a pour habitude de ne jamais faire dans la sobriété. Collection rendant hommage aux influences espagnoles dans la culture sicilienne, ou encore celle sous le thème de la religion et le blasphème, le duo suscite toujours autant d’intérêt auprès de la modosphère. Pour présenter ses collections Alta Moda, Sartoria et horlogerie, le duo a décidé de les faire défiler au Musée Soumaya de Mexico. Et devinez quoi ? Des calaveras, têtes de mort qui symbolisent le Jour des morts dans la culture mexicaine, ornaient les têtes des mannequins. Et c’était beau.
 

Dolce & Gabbana Alta Moda Mexico City ❤️❤️❤️❤️????❤️??

Une publication partagée par stefanogabbana (@stefanogabbana) le

Auteur : Jennifer Delattre
[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *