Paléo Festival Nyon 2018 : un deuxième jour qui fut loin d’être décevant

C’est sous un soleil chaud que ce deuxième jour du Paléo festival c’est déroulé. Les textes touchants de Eddy de Pretto ont réuni la foule devant la scène des Arche et les mélodies envoûtantes de Jain ont fait sauter et danser des fans impatient de voir leur artiste préférée sur la Grande Scène.

Nous faisons un petit détour au stand de nourriture à base d’insecte, Insectafood, pour déguster leur délicieuse boulette de larve et de légume avant de nous avancer vers les Arches qui sont déjà rempli de festivalier prêt à accueillir le rappeur et chanteur français Eddy de Pretto. Sur la scène, un décore minimaliste, une batterie surélevée et un mur de lumière stroboscopique.

Photo

Photo : Paléo/Nicolas Patault
Ci-dessus : Eddy de Pretto
L’artiste monte sur scène et interprète Rue de Moscou. Parmi les titres de son première album, Cure, il s’agit d’une de ses chansons les moins connu. Elle garde néanmoins la signature De Pretto, avec une composition travaillé et une production hip-hop proche du trap. Durant les courtes 45 minutes de sa prestation, il reprend ses titres les plus connus. Dont notamment, Normal, chanson dans laquelle il déconstruit ingénieusement l’homophobie et les stéréotypes d’identité sexuelle sans mettre les gants, comme il le dit si bien. Le reste du concert passe trop vite. Avant de terminer, Eddy de Pretto interprète Fête de Trop. Et pendant les dernière minutes de ce concert bien trop court, la foule danse sur la mélodie entraînante de cette hymne à une vie de jeunesse fougueuse.
Couché sur les installations préparé par la HES SO, la guitare de Vianney nous repose un moment avant l’artiste tant attendu qui revient sur la scène du Paléo, Jain. Après un premier passage au Détour en 2016, les programmateur on cette fois apprit de leur erreur et c’est sur la grande scène que l’artiste se présente. À 20h la chanteuse monte sur la scène sous les cris et les tonnerres d’applaudissement d’une foule impatiente de passer un bon moment. Elle n’est pas revêtue de sa robe claudine qui était devenu une marque de fabrique pour la chanteuse. Elle arbore une combinaison bleu roi ayant un col montant rouge et des épaulettes rouges, signe d’un renouveau qui accompagne la sortie de son nouvel album Souldier. L’énergie de l’artiste française imprègne la foule. Les paroles simples mais inoubliable des chansons comme Heads Up et Star font chanter la foule à pleins poumons alors que Jain occupe la scène à elle seule accompagnée d’un mixeur de son. L’humour charmant de Jain séduit toute la plaine alors qu’elle s’amuse à faire crier la foule d’un simple mouvement de main. Et avant que l’on s’y attende, le concert arrive à sa fin. Pour terminer cette représentation en beauté, Jain joue son plus gros titre, Makeba, une chanson qui rend hommage à l’activiste Sud-africaine Miriam Makeba.

Photo

Photo : Paléo/Lionel Flusin
Ci-dessus : Jain
Le rock entraînant de groupe The Killers conclut merveilleusement bien ce deuxième jour du festival. Sous une explosion de confetti les premières notes de guitare résonne dans tout le Paléo et le rythme fulgurant de la batterie fait instantanément sauté la foule. C’est avec un look toujours aussi chic que le groupe réalise une prestation qui transporte les fans dans l’univers des rockeurs.

Photo

Photo : Paléo/Keystone Pool/Laurent Gilliéron
Auteur : Helen Antwi

• À DÉCOUVRIR •


MODE

Coupe du monde 2018 : le match des équipementiers


Découvrez les architectes derrière les tenus du mondiale 2018

CULTURE

Montreux Jazz Festival 2018


Charlotte For Ever

BON PLAN

Mondiale 2018


Quelques exemples de choses à voir absolument en Russie

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *