Rétrospective autour de Jerry Lewis

Rétrospective autour de Jerry Lewis


Photo

Photo : rollingstone.com
Ci-dessus, : Jerry Lewis

Vous froncez les sourcils. Mais oui, ce nom vous dit quelque chose… Peut-être le connaissez-vous d’avantage en tant qu’acteur que réalisateur : sa bobine dans The nutty professor ne laisse pas indifférent, l’extravagance de Dr Jerry et Mister Love peut vous avoir laissé un bon ou un amer souvenir (mais quand on en parle autour d’un repas de famille ou d’une bière entre copains, qu’est-ce qu’on se marre!). Sa fantaisie lui vaut toutefois une place considérable dans le très sérieux Rotten Tomatoes (un site internet américain jugeant des films selon un tomatomètre :  les plus ‘’frais’’ sont signalés par une tomate rouge et les plus pourris par une tomate éclatée verte) où il se partage, à parts égales, les critiques les plus consternées et les notes les plus bienveillantes, voire hilares.​

Alors, Jerry c’est qui ?

Jerry Lewis est donc un acteur, un humoriste, un producteur et réalisateur de cinéma américain. Il s’est d’abord fait connaître avec le duo comique Martin & Lewis (1940), formé avec le chanteur Dean Martin. Fuyant les conventions du comique de l’époque (sketchs orchestrés) ils misent sur l’interaction entre deux protagonistes et se produisent dans les boîtes de nuit, avant de se retrouver derrière la caméra, en tant que vedettes nationales. Le duo se sépare à la fin des années soixante. Jerry se lance donc en tant qu’acteur dans son premier film : Le Délinquant Involontaire (1957). Sa carrière cinématographique est lancée, il jouera dans cinq grands films à la suite de celui-ci. En 1960, il met en place un grand projet. Il s’érigera en touche-à-tout du film ‘’The Bellboy’’ (Le Dingue du Palace) qu’il écrit, joue, produit et réalise. Cette réalisation le rendra premier utilisateur/créateur de la technique de la régie vidéo (devenue un standard de l’industrie cinématographique), en utilisant une caméra vidéo sur le plateau en même temps qu’il filme (pour voir le résultat en instantané).
Ses deux derniers films en tant qu’acteur ont été projetés entre 2013 et 2016, il s’agit de Max Rose, un drame réalisé par Daniel Noah sélectionné à Cannes, dans lequel il campe un vieillard reprenant goût à la vie malgré la disparition de sa femme, et Le Casse, par Benjamin et Alex Brewer, où il joue, à 90 ans, le père d’un des protagonistes : un flic loser qui cambriole le larcin d’un dealer en prison pour arrondir ses fins de mois.

L’humour au cinéma

Les films humoristiques étant trop souvent relayés au rang de navet, pour perpétuer le lexique alimentaire, il n’est pas impossible que vous ayez boudé l’un de ses films à leurs sorties ou quand vos aïeux vous les proposaient (Les Tontons farceurs, Trois sur un sofa, La famille Foldingue, et j’en passe).​
​Mais réjouissez-vous, la Cinémathèque a pensé à tout ! Durant tout le mois d’avril vous pourrez découvrir l’acteur grand guignolesque, grimaçant et tendre autour de quinze films phares et un documentaire (dont le fameux et décalé Arizona Dream du grand Kusturica).
Et peut-être que ces films ne défroisseront pas grand monde, mais il reste tout de même important de rendre un hommage à l’un des producteurs et acteurs humoristiques les plus iconiques, prolifiques, à l’homme à tout faire, détenteur de la légion d’honneur (1984) et présentateur du premier Téléthon en France.
Allez, on se retrouve là-bas!

Photo

Photo : ew.com
Ci-dessus : Jerry Lewis


Photo

Photo : © lausanne-musees.ch
Où ?
La Cinémathèque Suisse
Casino de Montbenon
Allée Ernest-Ansermet 3
1003 Lausanne

Quand ?
Du 4 mars au 29 avril 2018

Combien ?
Tarif plein 10 CHF
Réduit 8 CHF
Enfant, -12 ans 5 CHF

Plus d’info ici


Auteur : Laure Federiconi

• À DÉCOUVRIR •


MODE

Lorsque la mode revisite la notion d’originalité


L’originalité c’est

INTERVIEW

Mickael Reynaud


La Manga Radiant

BON PLAN

Tale Of Fantasy


L’Epic Music

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *