The White Stripes

The White Stripes


Photo

Photo : media.npr.org

En cette période de coupe de monde, j’ai eu envie de vous faire découvrir (ou simplement redécouvrir) un groupe de rock américain qui a marqué les années 2000 et dont la mélodie d’une de leur chanson est devenue l’un des hymnes préférés des supporters de football dans le monde entier.

Durant la fin des années 90, la scène américaine voyait émerger un tout jeune groupe, The White Stripes.
Originaire de Detroit dans le Michigan, ce groupe avait la particularité de n’être composé que de deux membres : Meg White (Megan White) à la batterie et Jack White (John Gillis) à la guitare. Le groupe connu d’abord le succès aux États-Unis avec deux premiers albums (The White Stripes et De Stijl) et s’imposa ensuite aussi en Europe et dans le reste du monde (surtout depuis de leur troisième album Elephant sorti en 2003.)
Et c’est pour cet album, Elephant, que la chanson Seven Nation Army fut créée.
Si vous êtes comme moi un enfant des « nineties », vous devez probablement vous souvenir de la première fois où, les yeux rivés sur l’écran de la télévision cathodique familiale, vous avez vu apparaitre un vidéo-clip qui, du haut de vos 7-8-9-10 ans ressemblait plus à un de vos nombreux cauchemars d’enfance qu’à une œuvre musicale. La mélodie principale de Seven Nation Army se répète tout au long de la chanson, tout comme les images du clip, sur des tons rouges, noirs et blancs, défilent inlassablement durant les 4 minutes de vidéo. Je ne parle même pas de l’armée de squelettes et des distorsions sur les images, oui, quand on était de jeunes enfants innocents, ça pouvait facilement nous faire flipper.

Photo

Photo : img.apmcdn.org
Ci-dessus : The White Stripes
Reste que Seven Nation Army est devenue au fil des années une chanson indémodable, utilisée par les supporters sportifs à chaque match. Elle est aussi reprise très régulièrement encore de nos jours comme le prouve la bande-son de la nouvelle saison de la série Westworld reprise par Ramin Djawadi en une version au sonorités indiennes :
Meg White souffrant de gros stress, le groupe s’est malheureusement dissous en 2011 après avoir sorti encore 2 autres albums (Get Behind Me Satan et Icky Thump).
Chacun a continué de son côté, mais c’est surtout Jack White qui reste encore aujourd’hui très présent sur le devant de la scène. Après avoir arrêté de se produire en concert en 2016 pour pouvoir se consacrer à d’autres projets artistiques, celui-ci sera présent au festival Governors ball en juin 2018, marquant son retour sur scène.
Le 23 mars 2018 sort Boarding House Reach, son premier album solo depuis son retrait de la scène en 2016.

Auteur : Dai Bossailler

• À DÉCOUVRIR •


MODE

Coupe du monde 2018 : le match des équipementiers


Découvrez les architectes derrière les tenus du mondiale 2018

INTERVIEW

Ultra


Supporteur jusqu’au bout et contre tous

BON PLAN

Mondiale 2018


Quelques exemples de choses à voir absolument en Russie

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *