Tu Tilt ?

Tu Tilt ?


Photo

facebook.com/kollygalleryAG/
Ci-dessus : L’artiste français Tilt

Meuh non, je n’ai pas fait une faute d’orthographe ! Je te parle de Tilt, un artiste du graffeur de renommée internationale, exposé à la Kolly Gallery à Zürich du 7 septembre au 7 octobre. Couleurs acidulées, formes arrondies, une explosion de liberté à voir absolument !

Tilt a commencé à graffer en 1989, il avait 16 ans, et une furieuse envie d’emmerder le monde. En balade permanente à travers Toulouse, sa ville natale, il graffe dans les dépôts de trains, des terrains vagues, des caves, et même…la caserne militaire de Toulouse. « Pour moi, le graffiti, c’est l’illégalité, c’est la liberté. Prendre des bombes tous les jours pour écrire dans la ville, s’opposer à la publicité, s’opposer à la signalétique. Dire : « je suis TILT et je veux exister à cet endroit, je n’ai pas envie de voir votre pub, de regarder votre télé ». Prends ça dans tes dents, ami bourgeois !

Photo

facebook.com/pg/Graffitilt
Sa véritable identité artistique, c’est à New-York qu’il la trouvera. Il y débarque en 1994, et rencontre une vraie famille, des mentors, des « papas », comme il les appelle. Il a déjà compris que graffer, il ne voulait faire que ça dans sa vie, et là-bas, il se sent enfin chez lui. Ses mentors l’emmènent peindre dans le métro, dans le Bronx. Ils lui font comprendre qu’il fait partie d’une véritable culture, « qu’il n’est pas là par hasard ».
Et le voilà aujourd’hui, un peu à corps défendant, en train d’exposer dans des galeries, et de devenir un artiste du Street Art, ce qui l’ennuie un peu. Le graffiti est devenu trendy, et même si cela lui permet de gagner de l’argent, – ce qu’il apprécie, il a aussi le sentiment de s’être fait happer par un monde de l’apparence dont il ne partage pas les valeurs. Proposer des œuvres pour une galerie, c’est travailler en atelier, et lui, ce qu’il aime, c’est la rue.
« Je ne me sentirais pas légitime d’exposer un travail issu du graffiti et de ne plus le faire dans la rue. Le Graffiti, c’est faire des graffs illégaux sur les chemins de fer, les trains, les périph’. Moi, j’aime l’illégalité, l’aventure, cacher mon scooter, peindre, masquer, faire attention aux caméras. Il n’y a pas d’aventure dans l’atelier. Et tu es seul dans l’atelier alors que dans la rue, pas du tout. Le skate, le graffiti, c’est une vraie histoire du groupe, une culture. »

Graffiti by Tilt #graffiti #tilt #graff #graffitilt #tiltgraffiti #Toulouse #France #streetart #art #artist #urban #urbanart

Une publication partagée par Tilt Graffiti #graffitilt (@tiltgraffiti) le

Je dois dire que je ne connaissais absolument rien au Graffiti Art (je n’ose pas parler de Street Art, j’ai peur de me faire moucher), avant de découvrir cet artiste. Cette peinture me paraissait un peu hermétique, et pas toujours très belle, avouons-le. Grâce à Tilt, je comprends mieux tant la philosophie que le geste : « Une bombe de peinture, ce n’est pas comme de l’aquarelle. Ce n’est pas fait pour être beau, c’est fait pour peindre une chaise ». Il y a comme un esprit wild qui souffle là-dehors…

Photo

Photo : facebook.com/pg/Graffitilt
Ci-dessus : L’artiste français Tilt
Si tu veux t’amuser et en prendre plein les yeux, rendez-vous à la Kolly Gallery, créée par Julien Kolly, l’un des pionniers du Street Art en Suisse qui a décidé de promouvoir le graffiti et le Street Art à Zürich, une ville cosmopolite. Et si tu ne connais pas cette ville, fais d’une pierre deux coups. Tu verras, Zürich, c’est pas mal du tout !


Photo

Photo : facebook.com/pg/Graffitilt
Où ?
Kolly Gallery AG
Seefeldstrasse 56
8008 Zürich
Suisse

Quand ?
Du 7 septembre au 7 octobre
 
Plus d’info ici !


Auteur : Anna Décosterd

• À DÉCOUVRIR •


SPORT

Le Roller Agressif


Une glisse agressive aussi chic que choc

INTERVIEW

Pakissi


Le danseur imprévisible

BON PLAN

L‘Urban Locker


Explorez l’urban lifestyle

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *