Lorsque la mode revisite la notion d’originalité

Photo

Photo : businessinsider.fr
Ci-dessus : Gucci Automne/Hiver 2018-2019
​Il y a quelques jours, j’ai été amenée à m’interroger sur la notion d’originalité en mode lorsque, en revenant d’un rendez-vous, j’ai eu cette conversation avec un ami :
– Lui : « Tu as été à ton rendez-vous habillée comme ça ?« 
– Moi : « Comment ça, ‘comme ça’ ?« 
– Lui : « Bah, ta jupe rouge plissée, tes Stan et ton blouson en fausse fourrure imprimé léopard, c’est quand même original comme style« .
Je me suis alors dis que si on pensait que porter une jupe plissée rouge et un manteau imprimé léopard devenait « original », c’est que la mode devait être bien triste…
L’originalité, ce n’est pas faire une association « improbable » d’imprimés et/ou de couleurs. L’originalité c’est…
​… se réapproprier des « incontournables » avec génie, comme l’a fait Jeremy Scott pour Moschino. Lors du dernier défilé de la marque italienne, le créateur a rendu un hommage personnel à Jackie O. en revisitant, à sa manière, le style de cette icône du style le jour de l’assassinat de J.F.K. en 1963. Tous les éléments vestimentaires étaient présents : du tailleur veste jupe au chapeau tambourin en passant par le brushing impeccable. A la différence près que certains mannequins avaient le teint bleu, vert, rose ou jaune. Pourquoi ? Pour faire la nique à la théorie de complot de l’assassinat de Marilyn Monroe et de J.F.K. par la CIA suite aux révélations du président de l’existence d’alien. Pour Jeremy Scott, le véritable alien est en réalité Jackie Kennedy.
​… bousculer les codes, comme Alessandro Michele, D.A. de la maison Gucci. Ce dernier s’est inspiré du livre « A Cyborg Manifesto » écrit par Donna Haraway en 1984 pour thématiser son défilé et faire défiler… le Cyborg, sorte de « post-humain. Une créature biologiquement indéfinie et culturellement au fait de tout. Le dernier signe, le plus extrême, d’une identité bâtarde en constante transformation. Le symbole des possibles, de l’émancipation, du fait que nous pouvons décider de devenir ce que nous sommes vraiment. » Tout est dit. Inattendu, original, génial.
​… et aussi, mélanger les associations. Le jour de la Saint Valentin, Raf Simons pour Calvin Klein 205W39NYC a présenté une ligne représentant une « allégorie constituant un point de rencontre entre les anciens et les nouveaux mondes, se rapportant à la découverte de l’Amérique, à la course vers l’espace des années 60 et à l’ère de l’information du vingt-et-unième siècle. Reflétant la notion de démocratie, il n’y a pas de hiérarchie culturelle : les mélanges émancipent les vêtements et les références de leurs significations, à partir de leurs propres récits, et en font un collage pour découvrir quelque chose de différent – un rêve différent. » Concrètement cela s’est traduit par des silhouettes encagoulées, des longs et larges volumes, des combinaisons sorties de l’espace, des gants de cosmonautes… un melting-pot de références culturelles. Ça c’est original !
Auteur : Jennifer Delattre

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *